FANDOM


Silmarils
Simarils.jpeg
Type Joyaux
Propriétaire(s) Fëanor
Morgoth
Un seul :
Beren
Eärendil
Créateur Fëanor
Apparitions
Livre(s) Le Silmarillion

Les Silmarils (Silmarili au singulier) sont trois joyaux conservant la lumière des Arbres du Valinor. Ils furent créés par Fëanor durant l'Âge des Arbres au Valinor. Ils brillaient d'une lumière si puissante qu'ils en étaient convoités par bon nombre d'Elfes, mais surtout par Morgoth. Les Silmarils étaient symbole de pouvoir.

Certains avancent l'hyposthèse que l'Arkenstone, une pierre brillante découverte par les nains, soit un Silmarili, car un d'entre eux fût jeté dans les entrailles de la terre. Voici leur histoire, la Quenta Silmarillion.

Attention : cet article est long et retrace tous les évènements majeurs du Premier Âge.

Histoire des Silmarils et de FëanorModifier

Ces joyaux étaient si beaux et resplendissant que même les Valar les admiraient. Varda dit que les Silmarils ne pouvaient être touchés par un être malfaisant ou mortel sans que celui-ci ne soit brulé et Mandos ajouta que leur destin serait lié à celui d'Arda. Morgoth, les voulant par-dessus tout, essaya de séparer les Elfes en leur mentant et en leur faisant naître l'envie de territoires en Terre du Milieu. Il dit que quand les Hommes arriveraient, ils prendraient les territoires des Elfes. Toutes ces agitations troublèrent les Elfes, les menant les uns contre les autres.

Après quelques années, Morgoth s'enfuit et se cacha dans le sud, vers Avathar où était tapie Ungoliant. Elle désirait avaler la lumière et répendre les ténèbres, et Morgoth lui fit un marché. Il lui indiqua qu'elle pourrait avoir tout ce qu'elle voudrait, hormis les Silmarils, en échange de son aide. Lors d'une fête organisée à Valinor, Morgoth et Ungoliant attaquèrent les Arbres du Valinor. Ungoliant aspira leur lumière, et Morgoth vola les Silmarils et tua Finwë, le père de Fëanor. L'araignée enfla si rapidement que même le Seigneur des Ténèbres en eut peur.

Aqualonde-massacre.jpg

Le massacre des Teleri par l'armée de Fëanor à Alqualondë

Les Elfes essayèrent de les poursuivre, mais arrivés au nuage noir englobant Ungoliant, ils devinrent aveugles. Fëanor lança une malédiction sur Morgoth et chercha à récupérer les Silmarils. Il entreprit alors un voyage à pied, croyant pouvoir rattraper Morgoth. En arrivant à Alqualondë, il demanda aux Teleri de lui venir en aide. Ils refusèrent, et dirent à Fëanor que son acte était de la folie. Alors, avec l'aide de son armée, il les tua. Celle-ci prit alors des bateaux, mais la plupart furent pris dans une tempête d'un Maiar d'Ulmo, car les Valar ne voulaient pas arrêter la folie de Fëanor. Certains des Elfes continuèrent à pied, et arrivés à l'extrême-Nord d'Aman, virent Mandos qui leur expliqua ce qu'était la mort, l'errance de l'esprit dans ses cavernes sans jamais revoir ses proches. Certains furent effrayés par la vision de la mort et voulurent s'arrêter mais Fëanor continua son périple.

Finarfin et son armée abandonnèrent alors et retournèrent à Valinor, où les Valar pardonnèrent ces gestes, étant intervenus au massacre sans savoir pourquoi. Fëanor continua, et requisitionna des bateaux. Il arriva rapidement à Endor, la Terre du Milieu. Mais il laissa Fingolfin à Aman et brûla les navires blancs. Fingolfin et son peuple purent voir une flamme gigantesque brûler à l'est et en furent attristés. Mais, pris de honte de retourner vers les Valar, il chercha un moyen d'aller en terre du Milieu. Alors, accompagné de sa troupe, où était Galadriel, il passa par la banquise du Nord : le détroit d'Helcaraxë, le même endroit où étaient passés Ungoliant et Morgoth.

Ungoliant-Morgoth.jpg

Ungoliant réclamant les Silmarils

Pendant ce temps, Morgoth et Ungoliant arrivaient près d'Angband. L'araignée comprit que c'était sa dernière chance d'avoir les Silmarils. Elle le bloqua et le menaça. Pris de douleur, il cria si fort que les Balrogs, tapis dans les profondeurs de la forteresse que les Valar avaient oublié de fouiller, accoururent vers leur maître et expulsèrent l'araignée, qui s'enfuit au sud. Morgoth partit vers Angband et la fortifia en attendant les Elfes. Il sertit les Silmarils sur une couronne pour les mettre en sécurité.

Au Valinor, Yavanna, aidée par Nienna essaya de resusciter les Arbres, par le chant et les pleurs. Quand les Valar apprirent la décision et les actes de Fëanor, Manwë baissa la tête et pleura, et Mandos prédit sa mort prochaine. Yavanna réussit à prendre une fleur de Telperion et un fruit de Laurelin. Puis les arbres moururent, et les troncs restèrent, souvenirs d'une joie disparue. Manwë les sanctifia et les préserva. Il les mit dans des vaisseaux, et ils devinrent le Soleil, Anar avec le fruit. L'autre devint la Lune, Isil avec la fleur. Le Soleil fut conduit par Arien et la Lune par Tilion. Morgoth, pris de peur de ces astres, s'enfonca encore plus sous sa forteresse.

Fëanor arriva au désert de Lammoth, endroit où Morgoth fut piégé par Ungoliant. Les Elfes, par leur clameur et le bruit de l'incendie des navires, prévinrent les Orques de leur arrivée. De plus, les grandes flammes se virent depuis Ered Lomin, les Collines de l'Echo, où une grande garnison d'Orques était postée. Ils attaquèrent les Elfes avant que ceux-ci ne purent s'installer, mais l'arrogance des Elfes était si forte qu'ils massacrèrent tous les Orques, et intentionnellement, détroussèrent une garnison voulant attaquer Círdan. Fëanor poursuivit les rares survivants qui s'enfuirent vers Angband. Il couru si vite qu'il se retrouva seul, piégé par des renforts d'Orques, mais aussi de Balrogs, juste devant la forteresse de Morgoth. Quand ses fils arrivèrent, Fëanor était presque mort, principalement des coups de Gothmog. Ils sauvèrent leur père, mais celui-ci allait mourir, les blessures étant mortelles. Avant de mourir, il maudit Morgoth trois fois et son corp s'enflamma seul tant son esprit était fort. Il partit donc vers les cavernes de Mandos, et plus jamais Arda ne connut un Elfe identique.

Les Silmarils et les ElfesModifier

Maedhros-Thangorodrim.jpg

Fingon sauvant Maedhros

Peu après, Morgoth envoya un ambassadeur aux sept fils de Fëanor, qui leur demanda d'accepter la défaite en échange d'un des Silmarils. Voyant un piège, Maedhros, l'aîné, demanda à ses frères de faire semblant d'accepter, et de se présenter à Morgoth. Mais ils tombèrent dans un piège, la garnison d'Orques étant nombreuse, menée par les Balrogs et Morgoth en personne. Maedhros se fit capturer et resta prisonnier à Angband, attaché par la main droite à un anneau de fer au-dessus d'un précipice.

Fingolfin arrivèrent peu après, au même moment que le Soleil. Les Orques, effrayés par cette lumière, se terrèrent dans Angband. Morgoth, pris de peur, partit au plus profond de sa forteresse. Fingolfin arriva sans danger devant les portes, mais pensant à un piège, fait demi-tour et alla chercher les fils de Fëanor. Les Noldor, surpris du courage et de l'exploit de ceux qu'ils avaient abandonnés, furent pris de honte, mais ne leur firent pas confiance. Fingon essaya de préserver l'amitié des deux clans. Il partit pour Angband chercher son ancien ami Maedhros. Arrivé, il prit sa harpe et chanta avec une voix mélodieuse. Une voie répondit à son chant et la supplia d'achever ses souffrances. Fingon demanda à Manwë de guider sa flèche vers Maedhros. Le Vala, qui prennait nouvelle de la Terre du Milieu au travers des oiseaux et notamment des Aigles, demanda à leur roi, Thorondor, de porter Fingon à Maedhros. Arrivé à ses côtés, il coupa sa main attaché et parvint à le sauver. Avec l'aide de l'Aigle, il retournèrent vers les autres Elfes, où ils furent accueillis avec joie. Les deux clancs se reconcillièrent. Angrod, fils de Finarfin, partit demander de l'aide à Thingol, qui résidait à Menegroth dans le royaume de Doriath. Celui-ci accepta que ces Elfes restent seulement s'ils laissaient son peuple tranquille et en paix.

Les fils de Fëanor et de Fingolfin fondèrent des royaumes au Beleriand et surveillèrent les frontières avec Angband. Mais un événement changea la paix installée entre les Noldor et les Sindar : Galadriel, aimant discuter avec Melian, lui raconta tout ce qui s'était passé : l'histoire des Silmarils, mais ne dit rien du massacre d'Alqualondë, de l'incendie des navires, ... Melian raconta tout à son époux Thingol, qui fut attristé par la mort de son vieil ami Finwë. Il découvrit que les Noldor n'était pas venus les secourir, mais était venus rechercher les Silmarils, et qu'ils étaient la cause de tous les malheurs en conséquence. Mais ils restaient tout de même de précieux alliés. Melian prévint son époux que les fils de Fëanor pouvaient se retourner contre lui si celui-ci ne leur plaisaient pas.

Círdan apprit à Thingol les événements que Galadriel avait caché par honte. Lorque Finrod vint chez Thingol, celui-ci fut pris de colère et l'accusa d'avoir tué ses frères, les Teleri. Son frère Angrod le défendit, disant qu'ils n'avaient fait qu'obéir à Fëanor. Il accusa ses fils tout en racontant l'histoire véritable, en précisant que lui et ses frères avaient enduré le froid et la glace. Thingol avertit que plus jamais les Sindar ne devraient parler le langage des Noldor, qu'il n'accepterait plus les fils de Fëanor, mais que ceux qui étaient passés par le froid restaient de lointains amis.

The battle of sudden flame by Filat.jpg

Dragor Bragollach, la Flamme Subite

Durant la durée du siège d'Angband, qui dura 400 ans, presque rien ne se passa, hormis l'arrivée des Hommes. Les Elfes commencèrent à penser que Morgoth n'attaquerait plus, et que le monde était trop beau pour être souillé. Mais Fingolfin ne pensa pas ainsi et se méfia de la ruse du Seigneur des Ténèbres. Mais il prit trop à la légère la force des Noldor et compta pour rien les Humains. Une nuit d'hiver où peronne ne surveillait Angband, Morgoth lança des torrents de feu sur Ard-Galen, et tout fut brûlé. De nombreux Noldor périrent sous les flammes. Les autres plaines telle que le Dorthonion furent épargnées par les Montagnes Infranchissables. Ainsi commença Dagor Bragollach, la Bataille de la Flamme Subite.

Glaurung sortit d'Angband escorté par les Balrogs et des cohortes d'Orques, et ensemble forcèrent le siège de la forteresse. Beaucoup d'Elfes furent tués dans les premiers jours, et d'autres se réfugièrent dans le sud. Angrod et Aegnor, les fils de Finarfin, furent tués, tout comme Bragolas, chef de la maison de Bëor. Finrod faillit se faire tuer si Barahir, le frère de Bregolas, ne l'avait sauvé. L'assaut fut si violent que Fingolfin et Fingon ne purent pas venir en aide aux fils de Finarfin. Certains Hommes tombèrent pour défendre le royaume de Fingolfin, et les Elfes eurent du mal à maintenir les Orques. Mais Maedhros réussit à vaincre certaines garnisons d'Orques. Les fils de Fëanor furent séparés par leurs ennemis. Fingolfin, ayant crut voir la fin des Noldor, monta sur son cheval Rochallor et alla vers son ennemi.

Fingolfin vs morgoth.jpg

Morgoth affrontant Fingolfin

Il partit rencontrer Morgoth, et il fut si rempli de colère que certains crurent voir Oromë. Il arriva devant Angband et défia Morgoth. Celui-ci vint, pensant le détruire rapidement. Il sortit, couvert d'une armure noire et se dressa devant le Roi des Noldor comme une tour, un immense blouclier noir à la main. Fingolfin semblait être une étoile au milieu des ténèbres avec son bouclier azur, son armure d'argent et son épée Ringil, brillante des ses cristaux.

Morgoth lança vers le ciel son Marteau des Enfers, Grond. Il tenta d'écraser son rival maintes fois. Fingolfin perça son adversaire par sept fois, et jamais Morgoth ne s'en remit. Il poussa à chaque coup un cri qui appeurait même ses légions. Mais Fingolfin se fatigua, et Morgoth put abattre son marteau sur son bouclier. Il le fit par trois fois, et trois fois le Roi se releva. La terre aux alentours était pleine de crevasses, qui firent tomber le Roi des Noldor. D'un dernier coup sans espoir, il trancha le pied de son ennemi, puis mourut.

Thorondor, le Roi des Aigles, déchira le visage de Morgoth et saisit le corps de Fingolfin pour l'amener à Gondolin. Turgon, le fils de Fingolfin, construisit le plus beau tombeau pour son père. Les coups que le Seigneur des Ténèbres reçut l'obligèrent à marcher sur un pied et à se cacher le visage. Tous les Elfes furent attristés de la nouvelle de la mort du Roi des Noldor, et jamais les Orques ne vantèrent la victoire de leur maître.

L'histoire de Beren et LúthienModifier

Húrin and Huor are Carried to Gondolin.jpg

Húrin et Huor entrant à Gondolin

Les Hommes finirent par s'enfuir de Dorthonion. Morwen se retrouva avec douze hommes : Barahir, Beren, Beragund et Belegund, les fils de Bregolas et neuf serviteurs fidèles : Radhruin, Daruin, Dagnir, Ragnor, Gildor, Gorlim, Arthad, Urthel et Hathaldir. Il errèrent en hors-la loi. Deux ans après, Minas Tirith resistait encore aux Orques. Mais Sauron, devenu un sorcier terrifiant, se présenta devant la citadelle qui flencha, et ce lieu devint maudit. Morgoth réussit à contrôler une grande part du Beleriand. Il prit de nombreux Elfes qui devinrent ses eclaves. Il essaya de tromper les Hommes qui venaient d'arriver. Certains devinrent des traitres, les Orientaux, mais d'autres aidèrent les Elfes. Ce furent les Edain.

Húrin et Huor, frères, furent emportés par les Aigles à Gondolin pour échapper aux ennemis. Turgon les accueillit avec joie et ils furent amis. Mais des années après, ils voulurent quitter Gondolin et retrouver leur famille. Turgon accepta, mais Maeglin ne regrettait pas ce départ, car son père a été tué pour avoir voulu quitter la cité. Ils jurèrent de ne jamais révéler l'emplacement de la cité cachée. Mais Turgon, apprenant la fin du siège d'Angband, fit construire des navires pour demander l'aide aux Valar. Mais aucun des navires n'arrivèrent en vue même de Valinor. Morgoth, s'inquiétant, lança un assaut contre Dor-lómin. Mais il fut vaincu par le jeune roi Húrin. Celui-ci épousa plus tard Morwen, seule survivante de Dothonion avec Beren, qui lui entra à Doriath.

Car après avoir erré quatre ans après la mort de son père, il arriva sans le savoir dans la forêt du royaume de Thingol. Là, à demi-mourant, il vit Lúthien, fille de Thingol et de Melian. Il en devint amoureux mais elle s'échappait de sa vue à chacun de ses pas. Un jour, Lúthien chanta comme à son habitude. Alors, il dit le nom qu'il lui avait donné, Túniviel. Elle l'entendit, et le regarda. C'était alors un homme courbé et fatigué par les ténèbres. Chaque jour, elle alla le voir, mais Thingol fut mis au courant. Il fut faché qu'un homme ait pu pénétrer en Doriath, et le traita comme un brigand.

Lúthien le présenta, lui étant trop faible et trop admiratif pour le faire. Mais quand le roi lui demanda pourquoi il restait dans son royaume, Beren répondit qu'il aimait Lúthien et que celle-ci l'aimait. Le roi lui dit qu'aucun homme ne méritait sa fille, et qu'il devrait être mis à mort. Mais Beren montra l'anneau (Anneau de Barahir) qu'il avait reçu de son père, lui-même l'ayant reçu de Finrod. C'était un anneau orné de deux serpents, dont les yeux étaient des émeraudes venant de Valinor. Le roi lui lança un défi : pour avoir sa fille, il devait lui apporter un des Silmarils. Beren accepta, mais Melian dit que quoi qu'il arrive, ce serait la chute de Doriath. Si Beren réussisait, cela amènerait les troupes de Morgoth, et s'il échouerait, sa fille serait perdue et en mourrait.

Beren sortit du bois et se retrouva dans le royaume de Nargothrond. Des chasseurs voulurent le capturer, mais en voyant l'anneau, ils le conduisirent vers le roi Finrod Felagund. Quand un fils de Fëanor apprit la quête de Beren, il le chassa avec le Roi de Nargothrond qui voulait l'aider. Avec une suite de dix personnes, ils partirent, et ce fut Orodreth qui remplaça son frère en attendant son retour. Pour aller à Angband en inconnus, ils se déguisèrent en Orques mais Sauron les découvrit et les emprisonna à Minas Tirith qu'il avait prise.  Là, il donna à manger à ses loups les compagnons du roi et de Beren pour les faire parler. A un moment Sauron donna Beren aux loups, qui était sans espoir d'être secouru. Lúthien sentit la fin de Beren et s'échappa de Doriath. Son père voulut l'enfermer mais elle partit secourir celui qu'elle aimait. 

Sil-luthien.jpg

Lúthien allant secourir Beren avec Huan

Elle rencontra des gens de Nargothrond qui la conduisirent dans la cité. Mais ils la firent prisonnière, pour que Celegorm l'épouse et soit propriétaire du royaume de Doriath. Elle réussit à s'enfuir avec l'aide de Huan, un chien. Pendant ce temps, alors qu'un loup s'apprêtait à manger Beren, Finrod parvint à se défaire de ses liens et à tuer la bête, mais fut blessé à mort. Il s'adressa en dernier à Beren, lui disant qu'il irait vers les Cavernes de Mandos et sera peut-être un jour ressuscité pour voir encore une fois Beren. Il mourut alors dans le noir, dans la tour qu'il avait lui-même construite avant qu'elle ne fut prise. Lúthien arriva à ce moment et chanta devant la forteresse, et Beren l'entendit. Sauron envoya des loups chercher Lúthien, qui serait une formidable esclave pour Morgoth. Mais Huan les tuait à chaque fois, et Sauron envoya Draugluin, le Seigneur des Loups.

Mais lui aussi mourut. Sauron alla se présenter sous forme de loups pour aller vaincre Huan. Les deux bêtes se bâtèrent. Mais Huan venant de Valinor, personne ne pouvait le battre. Sauron dut quitter une forme physique et redevint un esprit pour échapper au chien. Lúthien lui prédit malheur. Alors Sauron prit s'enfuit, en prenant la forme d'un vampire. Elle délivra les prisonniers et elle put revoir Beren. Beacoup des prisonniers retrounèrent à Nargothrond et se moquèrent des fils de Fëanor qui n'avaient pas osé là où Lúthien avait fait. Ils chassèrent Celegorm et Curufin.

Beren et Lúthien errèrent et se arrivèrent en Brethil, près de Doriath. Mais Celegorm et Curufin, passant, essayèrent de tuer Beren et d'enlever Lúthien. Mais Beren sauta sur le cheval de Curufin, qui allait à vive allure. Le cheval se cabra, et Beren étrangla Curufin tandis que Lúthien tomba dans lherbe. Mais Celegorm arriva pour tuer Beren. Huan, au service de Celegorm, se retourna contre son maître. Beren dépouilla Curufin, et l'envoya vers sa famille. Mais ils firent semblant de partir, mais tirèrent une flèche vers Lúthien, qui fini dans la gueule de Huan, et une vers Beren, qui le toucha en plein coeur. Huan poursuivit les fils de Fëanor, et remena une plante de guérison, et Lúthien sauva Beren. Ils retournèrent vers Doriath, mais un matin Beren repartit seul vers Angband. 

Carcharoth-Beren.jpg

Carcharoth faisant halte à Beren et Lúthien

Il chanta, croyant ne pas être entendu, mais elle l'entendit. Il essaya de la dissuader de ce périple, mais elle refusa et Huan fit comprendreà Beren qu'elle l'accompagnera toujours. Ils arrivèrent à Angband, déguisés. Mais Morgoth coisit un louveteau et le fit grandir. Il l'appela Carcharoth, la Gueule Rouge, et Anfauglit, les Machoires de la Soif. Lúthien, descendante d'une Maia, acquit alors des pouvoirs et réussit à endormir le loup qui gardait la porte. Ils arrivèrent devant le trône de Morgoth. Devant la beauté de l'Elfe, il la garda en vue et fut conquis par son chant. Beren, déguisé en loup, parvint derrière le trône de Morgoth. Tous s'endormirent, à part Beren et Lúthien, et Beren prit un des Silmarils. Alors que le joyau aurait du lui brûler la main, il accepta le contact de cet homme pur et courageux. Il pensa à prendre les trois Silmarils, mais la lame lui servant à les hôter de la courrone se cassa, car tel était le destin des Silmarils.

Mais le loup s'était réveillé, et il leur bloqua le passage. Alors, Beren montra le joyau, et le loup prit peur. Mais il avala la main de Beren qui tenait la Silmarili, et ses entrailles le brulèrent. Il fut pris dans une folie et s'enfuit, tuant tout sur son passage et devenant le plus grand fléau du Beleriand. Beren était sur le point de mourir, à cause du venin de loup, et les cohortes de Morgoth se réveillaient. Mais Thorondor aida l'Elfe et l'homme et les porta en Doriath. Huan et Lúthien essayèrent de sauver Beren, et réussirent.

Il fut appeler Erchamion, le Manchot, et ensemble retournèrent à Menegroth. Mais le loup d'Angband arrivait dans le royaume de Thingo, et les Elfes apprirent en même temps le retour de Beren et de Lúthien. Beren dit aue le Silmarili se trouvait dans sa main, ce qui n'était pas faux. Alors, tous écoutèrent leur quête et furent emerveillés. Thingol pardonna Beren et lui permit d'épouser sa fille. Mais Beren décida de tuer le loup, qui ravageait le royaume. Le loup, caché dans un fourré, se jeta sur Beren, et Huan tenta de tuer le loup. Le combat fut un avant-gout des Valar contre Morgoth, car en entendant en Huan Oromë et en Carcharoth Morgoth. Le chien gagna ce combat, mais mourut aux côtés de Beren, lui aussi mourant. Les chasseurs de Thingol réussièrent à prendre le Silmarili et à le mettre dans la main de Beren qui l'offrit au roi. 

Ils ramenèrent Beren sur un brancard, Huan à côté de lui. Lúthien demanda que l'esprit de Beren reste dans les cavernes de Mandos, pour qu'elle lui fasse un dernier adieu. Elle mourut elle aussi, prise par le chagrin, et son esprit rejoignit celui de Beren dans les cavernes de Mandos. Elle chanta devant le Vala, le chant le plus triste jamais entendu sur Arda. Ses larmes coulaient sur le pied du Vala comme une pluie. Il fit venir Beren, et demanda conseil à Manwë. Eru Ilúvatar même prit la décision. Lúthien fut la seule des Elfes à mourir, et elle partit au delà de la mer, comme un Homme. Ainsi, ils restèrent unis, et un des Silmarils étaient en Doriath.

Effondrement du BeleriandModifier

Fingon-Gothmog.jpg

Fingon affrontant Gothmog

Il est dit que Beren et Lúthien retournèrent en Terre du Milieu. Ils allèrent en Doriath, puis s'installèrent en Ossiriand où ils eurent un fils, Dior, le premier Semi-Elfe. Ils moururent, mais  on ne sut jamais où se trouvaient leurs corps. 

En sachant qu'il avait été possible de dérober un Silmarili, les fils de Fëanor s'unirent avec les Hommes et certains Teleri pour détruire Angband et en finir avec Morgoth. Ils décidèrent d'attaquer par l'est et par l'ouest. Mais Maedhros arriva tard, car les hommes en qui il avait confiance l'avait trahis. Alors que la bataille semblait être gagnée, Angband se vida entièrement de ses Orques, Balrogs et Dragons. Ce fut le pire échec des Hommes et des Elfes. Tous furent séparés ou trahis. Fingon mourut en affrontant Gothmog (Balrog). Mais Húrin, Huor et Turgon résistèrent, avant que Húrin n'eut la sagesse de dire à Tugon de retourner à Gondolin, dont Morgoth avait peur. Huor mourut, et Húrin, prit de colère, se battit contre la garde de Gothmog en répétant à chaque mort : "Aurë, entuluyva, le jour reviendra". Il fut fait prisonnier, et Morgoth lança sur sa famille une malédiction, celle de Túrin et Nienor. Círdan et Gil-galad partirent sur l'île de Balar. Aprés cette bataille, la Bataille des Larmes Innombrables, les Orques purent aller où bon leur semblait au Beleriand. Après ce sont les évènements des Enfants de Húrin.

Bien des années plus tard, Húrin fut libéré par Morgoth. Il essaya de gagner Gondolin, mais n'était plus qu'un vieillard qui faisait peur à quiconque s'en approchait. Il fut près de la frontière et les Aigles le virent. Turgon, sachant que c'était une ruse de Morgoth, refusa de faire entrer Húrin, bien qu'il avait combattu avec vaillance. Après réflexion, il le chercha mais Húrin était loin. L'homme, perdu et implorant Turgon, permit de révéler l'endroit où était Gondolin à Morgoth. Il arriva là où ses enfants étaient morts, et vit sa femme qui l'attendait. Après la submersion de Beleriand, la pierre où Húrin écrit le nom de ses enfants et de sa femme morts resta en surface. Il partit vers Nargothrond. Mais, après le passage du dragon, Mîm vivait ici. Là, Húrin lui dit à quel point Mîm avait été traître et le tua. Puis, il fut conduit devant Thingol, qui le reconnut. L'homme montra au Roi ce qu'il avait apporté de Nargothrond, Nauglamir, un collier forgé par les Nains et offert à Finrod. Il le donna au Roi pour avoir accueilli sa femme et ses enfants. Il partit se jeter dans la mer et mourut.

Thingol-nains.jpg

Thingol recevant le collier

Thingol eut l'idée de sertir le Silmaril sur le collier. Il demanda à des Nains de faire ce travail, mais eux voulaient garder le Silmaril. Ils n'en dirent rien, acceptant le travail. Quand ce fut fini, le Roi voulut mettre le collier à son cou, mais les Nains refusèrent. Alors arriva le conflit qui sépara à jamais les Nains des Elfes. Les Nains réclamaient ce bijoux, disant que le collier leur appartenaint. Thingol dit que le collier lui revenait. Les Nains le tuèrent et ainsi finit Elwë, un des premiers Elfes à avoir vu les Arbres et, par jeu de hasard, il porta son dernier regard sur un Silmaril.

Les Nains s'enfuirent, mais furent pourchassés et en perdirent le bijou. Arrivés à Ered Lindon, il mentirent, disant que Thingol avait tué tous les Nains. Alors, ils marchèrent vers Doriath pour se venger. Melian sut que la fin de Doriath appochait, et l'Anneau de Melian n'était plus, alors elle retourna au Valinor. Elle dit de prendre soin du collier et de prévenir Beren et Lúthien. Mais les Nains arrivaient, et ce fut une bataille tragique à Menegroth. Les Nains gagnèrent et le Silmaril fut reprit. Les Nains furent attaqué par quelques Ents. Pendant ce temps, Dior, fils de Beren et Lúthien avait eu lui aussi un enfant, Elwing. Beren tua les Nains et admira le même Silmaril qui lui avait causé malheur et souffrance. Il rapporta le collier à Lúthien. Dior alla vivre à Menegroth, étant seul héritier de Thingol. Un jour, un Elfe Vert lui donna un coffret où était le collier et le Silmaril, signe de la mort de ses parents. Les fils de Fëanor, apprenant où était le Silmaril, déclarèrent la guerre à Dior. Celegorm, Curufin et Caranthir furent tués, mais aussi Dior et sa femme Nimloth. Doriath fut ainsi détruit, mais Elwing réussit à s'enfuir avec le Silmaril et se refugia à la mer.

The Fall of Gondolin.jpg

La chute de Gondolin

Tuor, fils de Huor, réussit avec l'aide d'Ulmo à aller à Gondolin. Il avertit Turgon que la malédiction de Mandos approchait et que tout serait engloutit. Mais Turgon pensait Gondolin invulnérable et refusa de l'aide. Thorondor lui apprit la chute de Nargothrond, de Doriath, la mort de Thingol et de Dior, mais Turgon n'écouta pas. Tuor eut un fils avec Idril, la fille de Turgon, qui fut nommé Eärendil. Il était d'une beauté sans pareille, et plus fort que les Humains. Mais nul ne savait que Morgoth connaissait l'endroit où se situait Gondolin. Maeglin, capturé par des Orques, trahit Turgon et les siens. Morgoth le renvoya à Gondolin pour ne rien soupçonner. Puis il lâcha ses Balrogs sur Gondolin, avec des Orques et les dragons. Maeglin fut tué, et Tuor s'enfuit avec son fils et sa femme, accompagné de quelques autres Elfes comme Glorfindel  par un passage connu seulement d'eux. Glorfindel réussit à combattre un Balrog, mais mourut. Ils s'enfuirent et croisèrent Elwing et sa compagnie.

Le peuple d'Elfes grandissait au bord de mer, là où Morgoth les croyait inoffensifs. Ulmo tenta de plaider les Elfes et les Hommes auprès des Valar, mais Manwë dit que ce n'était pas le moment. Tuor, sentant sa fin venir, fit un bateau et partit à l'ouest avec son épouse, et on dit qu'il devint un Elfe. Eärendil était devenu le Seigneur des Peuples vivant près de la mer. Il épousa Elwing qui lui donna deux fils, Elros et Elrond. Eärendil construisit avec Círdan le plus beau navire, Vingilot. Maedhros apprit qu'Elwing vivait toujours en possession du Silmaril. Il voulut accomplir ce serment et ce fut le dernier massacre des Elfes contre les Elfes. Avec son frère Maeglos, il fut vainqueur, mais Amrod et Amras moururent.

Elwing se jeta à la mer avec le Silmaril, mais Ulmo le fit rapporter vers le rivage. Il donna à Elwing l'apparence d'un cygne blanc sur lequel le Silmaril brillait, et cet oiseaux partit à la recherche d'Eärendil, qui était en mer. Lorsque l'oiseau arriva, il se restranforma en Elwing . Maglor, apprenant ceci, prit pitié d'eux. Eärendil et son épouse firent voile vers le Valinor, le Silmaril au-devant du bateau. Ils arrivèrent non loin de Tol Erresëa, et les Teleri furent stupéfaits de voir un navire venir de l'est avec un Silmaril. Eärendil devint le premier Humain à poser pied sur Valinor, et Elwing l'accompagna, laissant leur compagnons qui ne les revirent jamais. Mais l'homme partit seul à la rencontre des Valar. Il fut appelé par Manwë. Il demanda pardon pour les Noldor et demanda le secours dans les Terres du Milieu. Manwë déclara ques leurs enfants et eux-mêmes auraient le choix de leur race. Pendant ce temps, Elwing rencontra les Teleri et raconta tous les évènements récents. Quand son époux revint, ils choisirent d'être des Elfes, et les Valar mirent leur bateau dans le ciel, qui devint une étoile, et ce fut la fin du premier Silmaril. 

Maedhros and Maglor prepared to defend themselves and die..jpg

Maedhros et son frère se préparant à se battre

Maedhros et son frère virent ça comme un signe, et attendirent les Valar, mais Morgoth fut apeuré. La plupart des Elfes du Valinor se préparèrent à se battre. L'armée des Valar arrivait en Terre du Milieu, et même les montagnes tremblaient. Presque tous les Balrogs furent détruit, les Orques se firent tuer commes des insectes, et cela ressemblait à un ouragan déchainé allant vers Angband. Dans un dernier espoir, Morgoth lâcha ses Dragons, mais les Aigles les tuèrent. Morgoth implora le pardon, mais on lui trancha les pieds et il tomba à terre. On lui enleva les deux Silmarils, et Angband fut détruite. 

Alors Eönwë, héraut de Manwë, invita les Elfes à quitter le Beleriand. Les fils de Fëanor refusèrent, car le serment tenait toujours. Ils voulurent récupérer les 2 Simarils. Alors ils se déguisèrent, entrèrent dans le camp d'Eönwë et prirent les joyaux. On ne voulut pas les tuer pour ne pas ajouter de souffrances. Mais le Silmaril brûlait dans la main de Maedhros,, qui se jeta dans une crevasse avec le bijou et mourut. Maglor ne supporta pas non plus la douleur et se jeta dans le eaux d'Ulmo. Ainsi finirent les Silmarils. Après, on prépara des nombreux navires et les Valar pardonnèrent les Noldor. Seuls quelques Elfes restèrent, comme Círdan, Celeborn, Galadriel, Elrond, Gil-galad... Ainsi que tous les Humains. Quant à Morgoth, il fut jeté dans le Vide Eternel. Mais dans leur précipitation, les Valar oublièrent Sauron, qui s'enfuit. Puis le Beleriand fut submergé et ainsi commença le Deuxième Âge.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard